Salif Keïta au micro de Joe Farmer.Diffusion : Dimanche 03 février 2019
© Christian Rose
© Christian Rose

watch En 2019, l’exceptionnel chanteur malien, Salif Keïta, célébrera 50 ans de musique et d’engagement citoyen. Son nouvel et, peut-être, ultime album, Un autre blanc, traduit sa volonté constante de soutenir la cause des albinos à travers le monde. Depuis le Rail Band de Bamako, un demi-siècle s’est écoulé. La voix unique de Salif Keïta a résonné aux 4 coins de la planète dans des contextes très divers. À bientôt 70 ans, Salif Keïta semble vouloir lever le pied, se consacrer aux siens et jouir d’une vie plus sereine. Il portera désormais d’une autre manière la voix de ceux qui souffrent.

go here Un autre blanc serait donc l’œuvre finale d’un artiste respecté, célébré, adulé. Il est vrai que les invités se bousculent sur ce disque pour saluer un personnage éminent de « L’épopée des Musiques Noires ». Angélique Kidjo, Alpha Blondy, les Ladysmith Black Mambazo, mais aussi Paco Sery, Alune Wade, Hervé Samb, Cheick Tidiane Seck, Jean-Philippe Rykiel, Djelimady Tounkara, entre autres, sont venus participer à ce feu d’artifice musical. Le titre Lerou Lerou est d’ailleurs une ode aux amis et admirateurs fidèles qui, au fil des décennies, ont accompagné le parcours sinueux de ce géant de l’art vocal en Afrique et dans le monde.

get link

© Christian Rose
© Christian Rose
 

get link Salif Keïta à RFI.

Pour autant, et même si la tentation est grande, ce n’est pas une humeur nostalgique qui l’emporte, mais juste le souvenir de quelques rencontres et prestations uniques, comme ce jour de juin 1988 où le jeune Salif Keïta se retrouve sur scène à Wembley en Angleterre devant 72 000 spectateurs lors d’un concert de soutien à Nelson Mandela toujours emprisonné. Aux côtés de Peter Gabriel, Sting, Whitney Houston, et plusieurs autres étoiles de la pop et du rock, la voix d’or du Mali résonnera tel un défi à l’apartheid alors toujours en vigueur en Afrique du Sud. Bien qu’il ne le présente pas en ces termes, Salif Keïta fait un clin d’œil appuyé à tous ces héros du XXe siècle qui lui ont donné foi et courage, les Patrice Lumumba, Desmond Tutu, Modibo Keïta, Martin Luther King…

Certes, l’art ne peut décider seul du sort des peuples. Il doit être incarné par des hommes ou des femmes capables de donner un élan et montrer la voie. Sur l’exemple de ses prédécesseurs, Salif Keïta semble prendre cette posture du sage que l’on consulte et que l’on écoute. Du haut de ses 15 albums personnels, il délivre ses messages, et ses mots claquent avec toujours plus de pertinence. Alors qu’il fait une dernière révérence discographique, le voir s’éloigner nous peine un peu. Il faudra donc profiter intensément de ses prochaines apparitions sur les scènes de France et de Navarre en avril 2019.

Le site de Salif Keïta

Salif Keïta, Global Foundation

© Christian Rose
© Christian Rose
© Christian Rose

Salif Keïta, le 29 janvier 2019, à RFI.

Par : Joe Farmer
News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *