Retour en haut

Discographie

Below a short discography of Salif Keita, essentially albums produced and released on the one hand by Mango / Polygram UK and a later period with Universal Music France.
For a much more complete discography, please refer to the excellent work and reference provided by Graeme Counsel here:
BIOGRAPHY FROM “ANTHOLOGY“

SALIF KEITA
BIOGRAPHY FROM “ANTHOLOGY”
BY FLORENT MAZZOLENI
RELEASED BY UNIVERSAL MUSIC FRANCE 2014
EXECUTIVE PRODUCER: YANN OLLIVER

« All my hope goes with you.
Time for crying has not come yet, Mandjou
Let Allah cover Mandjou with gold
 Everyone believes in you Mandjou,
truth is also a symbol of pride »

Born into a noble family, Salif Keita extols Guinean leader Sekou Touré nicknamed Mandjou. Keita upturns the tradition that decrees that a nobleman cannot praise another person like a griot. Mandjou is an incredible twelve-minute long epic that becomes West Africa’s first Pan-African hit. Released in 1978, this song stands as a true achievement. It was recorded in Abidjan, where most of his orchestra Les Ambassadeurs, now renamed Ambassadeurs Internationaux, are located, having fled Mali’s shaky politics.

As the lead singer of the orchestra led by Manfila Kanté, Salif gets a lot of credit for Mandjou’s success. He moves away from the Bamako fame he had already acquired, and aims at reaching new audiences. Like his vocal model Guinean griot singer Sory Kandia Kouyaté, Salif is profoundly invested in the aesthetics, praise and vocabulary of the griot. This monumental song paves the way for some kind of afro-pop success. Congas play a Cuban theme while the horn section gently swirls around while being deeply rooted in the Mande country’s red rock.

From Abidjan, Salif travels to the USA in 1980 where he records two albums with modern production. He also travels to Europe and finally settles down in Paris in 1984 while the Ambassadeurs Internationaux are on a slow decline back in Côte d’Ivoire. After a dozen years spent as lead singer for both the Rail Band and Les Ambassadeurs, Salif goes solo.

In 1987, his vocal genius shines bright on « Soro », an album that fuses African music with Western productions values, enhanced by machines and synthesizers. This record clearly indicates the birth of a new genre, tagged as « world music » by British producer Joe Boyd. One of the record’s highlights, Cono flies high above its era, showcasing Salif’s vocal prowess, delicate and pure. Synthesizers and congas rejoice in the background. François Bréant’s wide production allows Salif’s mandingo’s lyricism and natural eloquence to breathe.

Two years later, in 1989, Nou pas Bouger is another triumph in French speaking Africa and Caribbean, taking full advantage of electronic programming, production and recording. This song stands as a fierce reminder of African migrants’ stark conditions in the West. This title is an ode to their dignity and resistance in their quest to integrate themselves in Europe and everywhere they migrate. Salif’s words speak volumes :

“In the days of slavery
In the days of colonialism Africa suffered
It was not their father’s war It was not their mother’s war
Now they want us to go back home »

Released on the« Ko-Yan » album, this song tells stories Salif knows well. Living in Montreuil, a Paris suburb that is a hub of the Malian community in Europe, he knows the sacrifices and efforts they have to make in order to be fully recognized away from their homeland.

In 1991, Lony is one of the « Amen » album’s highlights. It tells how one acquires wisdom and knowledge in the Mande country, the most important of which is one’s self-knowledge. Contemplative and peaceful, keyboards and percussions act once more as an ideal outlet for Salif’s seductive voice, gaining him new fans with this new record.

In 1995, on Folon (« The past »), Salif himself plays guitar. This haunting song confronts tradition and modernity, past and present, community and the individual. Salif sings of how much room is left for personal expression. Piano player Jean-Philippe Rykiel plays the keyboard and participates in the arrangements and production on this song, which stands as a true Salif classic. As an artist, he can express himself more directly than before, as a result of the introspective process undertaken with « Soro ». He calmly sings:

« Before, we were just doing what we were told
We only received orders
We did not decide
Even if you think about happiness
Even if you were smart
You could not tell anything
We did not care
Now, no one can decide for us
Because we don’t care anymore »

Released on the eponymous album, Folon is one of his best songs in a decade.

Salif returns a few years later with 2002’s « Moffou », a first rate album. Opening up the album, Yamore, his duet with Cesaria Evora is a natural union between two of Africa’s most beautiful voices that mingle perfectly. They share the same emotions and feeling, having undergone similar sufferings, skin colour and social maladjustments for Salif, and being a woman from a remote island for Cesaria. A true melancholic light is shed on this song with its Afro-Cuban influences. The accordion brings in a nostalgic mood, with “saudade” intonations, a mixed feeling of regret and desire that can be found all over Atlantic Africa. With its upbeat tempo, Madan is a perfect afro-pop song, a true gem to dance to. From its vocal harmonies to its infectious beat and virtuoso traditional playing, this effervescent song conveys a delightful and simple rhythm of seduction.

Three years later, Calculer is one of « M’Bemba »’s best songs. This album is his second acoustic record in a row. Both Harouna Samaké’s Kamal’ngoni and Mino Cinelu’s percussions are irresistible, but Salif’s acoustic guitar interactions between Manfila Kanté and Ousmane Kouyaté, his former Ambassadeurs colleagues, steal the show. Spiritual and laid back, Bobo stands as a hymn to true happiness with some deeply meaningful French lyrics. His moving interpretation evokes the great mandingo tradition to which he belongs.

He ends the decade with another acoustic gem, « La Différence » released in the fall of 2009. A staple of his repertoire, Seydou is dedicated to Malian stylist Chris Seydou who showed the world the secrets of bogolan’s cloth. Like Seydou, Salif significantly enhanced the recognition of Mali’s great cultural heritage. As an albino, Salif worked hard to have the difference in his skin colour accepted. He’s one of the main actors working for the albino condition’s recognition.

« I’m black,
my skin is white and I like it, that’s my difference.
I’m white, my blood is black,
I love it, that difference is so beautiful »

He sings on the eponymous track, a hymn for tolerance. He has embraced his artistic form, always aiming at some universal form of music.

FRENCH VERSION

« Mon espoir est avec toi
Le temps de pleurer n’est pas encore venu, Mandjou
Qu’Allah récompense Mandjou avec de l’or
Tout le monde croit en toi
Mandjou, la vérité est source de fierté »
 
Lorsque Salif Keita, noble de naissance, chante et dédie, à la manière d’un griot, le morceau Mandjou au président guinéen Sékou Touré, il bouleverse totalement la riche tradition dont il est issu. Tout au long de ces douze minutes épiques, Salif Keita inverseen effet non seulement les codes sociaux de l’espace mandingue, mais donne à l’Afrique de l’Ouest son premier véritable tube. Publié en 1978, Mandjou est un véritable tour de force enregistré à Abidjan, où se sont établis Les Ambassadeurs, la formation malienne dont Salif est alors le chanteur vedette.

Depuis la métropole ivoirienne, Salif commence son ascension vers les sommets grâce à ce premier succès panafricain. Comme son modèle vocal, le grand griot guinéen Sory Kandia Kouyaté, Salif s’imprègne de l’esthétique, du vocabulaire et des louanges des griots sur Mandjou, morceau monumental qui précipite l’avènement d’une musique africaine à portée internationale. Les congas jouent un motif cubain alors que les cuivres exécutent des arabesques exquises, tout en étant solidement ancrés dans la roche rouge du pays mandingue.

Installé à Abidjan, Salif voyage aux Etats-Unis, où il enregistre deux albums en 1980. Il commence aussi à circuler en Europe. Il s’établit ainsi à Paris en 1984 alors que Les Ambassadeurs Internationaux partent à vau l’eau en Côte d’Ivoire. Après une douzaine d’années passées en groupe, il se lance enfin en solo.

En 1987, son génie vocal se révèle au monde avec l’album « Soro » qui pose les bases d’une fusion entre musique africaine et production occidentale. Ce disque est l’un des actes de naissance de la world music propre à l’époque. Sommet du disque, Cono (selon la prononciation, ce mot veut dire « oiseau » ou « for intérieur ») déploie des trésors de délicatesse et de pureté vocale. La voix de Salif n’est qu’émotions pures, serties d’une nappe de synthétiseurs et rehaussées de congas. La production ample de François Bréant restitue magnifiquement lyrisme mandingue et éloquence naturelle pour l’un des titres marquants de la décennie.

En 1989, le single Nous pas bouger remporte un succès colossal dans toute l’Afrique francophone et aux Antilles, utilisant au maximum les innovations technologiques en matière de programmation, de production et d’enregistrement. Ce titre est une ode à la dignité et à la résistance dans les combats difficiles menés par les immigrés africains pour s’insérer, socialement, économiquement et politiquement en France et en Occident. Les paroles chantées par Salif sont éloquentes :

« Au temps de l’esclavage
Au temps de la colonisation L’Afrique a souffert.
Ce n’était pas la guerre de leurs pères
Ce n’était pas la guerre de leurs mères
Maintenant, ils veulent qu’on rentre chez nous »

Paru sur l’album « Ko-Yan », ce morceau est directement inspiré de l’expulsion médiatisée par avion charter d’une centaine de ressortissants maliens par le ministre de l’Intérieur Charles Pasqua en 1988. Au quotidien, installé à Montreuil, au cœur de la communauté malienne parisienne, Salif connaît les sacrifices, l’abnégation et les luttes des immigrés pour être reconnus et exister en tant qu’individus, loin de leur pays natal.

En 1991, sur l’album « Amen », Lony évoque la manière dont on acquière des connaissances en pays mandingue, la plus importante d’entre toutes étant la connaissance de soi. Sages et sereins, les claviers et les percussions procurent un écrin idéal pour sa voix, qui ne cesse de gagner de nouveaux adeptes.

En 1995, sur Folon (« autrefois »), Salif s’accompagne lui-même à la guitare. Ce titre déchirant oppose la tradition à la modernité, le passé au présent et la collectivité à l’individu. Salif chante la place qui est désormais laissée à l’expression individuelle. Le pianiste Jean-Philippe Rykiel figure aux claviers, aux arrangements et à la production sur cette chanson, qui compte parmi les grands classiques du répertoire de Salif. En tant qu’artiste, il peut s’exprimer plus directement qu’auparavant, depuis l’introspection entreprise sur « Soro ». Il chante ainsi :

« Avant, nous étions des exécutants,
Nous ne recevions que des ordres.
Nous ne décidions pas.
◊Même si tu pensais le bonheur, Même si tu étais intelligent, Tu ne pouvais rien dire.
On s’en foutait.
Maintenant, personne ne peut décider pour nous,
Car maintenant, on ne s’en fout plus »
 

Paru sur l’album homonyme, Folon est l’un de ses meilleurs titres des années 1990.

Salif revient au premier plan avec « Moffou » en 2002. Ouvrant l’album, le duo avec Cesaria Evora baptisé Yamore est un mariage naturel entre les deux plus belles voix d’Afrique de l’Ouest. Jamais forcées, celles-ci s’unissent à merveille. Elles partagent les mêmes émotions, ayant enduré des souffrances proches : la couleur de peau et le déclassement social pour Salif, l’éloignement îlien et la condition de femme pour Cesaria. Une mélancolie nimbée de lumière de fin d’après-midi illumine ce morceau aux charmes afro-cubains. L’accordéon apporte en outre une couleur nostalgique à Yamore, avec des intonations de saudade, un sentiment mêlé de regret, de chagrin et de désir, présent à travers toute l’Afrique atlantique. Plus enlevé, Madan est une parfaite chanson d’afro-pop, à l’énergie tourbillonnante et dansante à souhait. Des chœurs à la rythmique en passant par les joutes virtuoses entre kamelen ngoni et ngoni, ce titre effervescent exprime un rythme de la séduction irrésistible.

Trois ans plus tard, Calculer est l’un des sommets de « M’Bemba », deuxième album du renouveau acoustique de la décennie. Le kamelen ngoni d’Harouna Samaké, les percussions de Mino Cinelu, mais surtout les interactions entre les guitares acoustiques de Salif et de ses vieux complices des Ambassadeurs, Kanté Manfila et Ousmane Kouyaté, sont irrésistibles. Apaisé et plein de spiritualité, Bobo, le premier morceau de l’album est une véritable ode au bonheur. « Cela fait du bien d’être amoureux, d’être aimé » chante simplement Salif en français. Son interprétation émouvante renvoie à la grande tradition mandingue dont il ne s’est jamais départi.

Salif poursuit la décennie avec un nouveau chef d’œuvre, l’album « La différence » en 2009. Classique de son répertoire, le magnifique?I’;;;;;du bogolan malien dans le monde entier. Comme lui, Seydou contribué à la reconnaissance du patrimoine ‘culturel malien. Albinos, Salif a également largement œuvré pour que cette différence de peau soit enfin acceptée.

« Je suis un noir, ma peau est blanche
et moi j’aime bien ça, c’est la différence.Je suis un blanc, mon sang est noir, moi j’adore ça,
c’est la différence qui est jolie »,

Chante-t-il sur La Différence. Tout est dit dans cet hymne à la tolérance, avec lequel il exprime parfaitement ses convictions artistiques qui touchent à l’universel.

MANDJOU — 1978

Mandjou
Mandjou

Recorded in a couple of hours at the Radio Television Ivoirienne’s studio in Abidjan, these five tracks belong to some of the mostmemorable music released in West Africa in the 1970’s. The record’s name, Mandjou deeply resonates in this region and beyond.

Enregistrés en deux heures sur la console deux pistes de la Radio Télévision Ivoirienne, les cinq morceaux du premier album international de Salif comptent parmi les plus beaux réalisés en Afrique de l’Ouest au cours des années 1970. Que ce soit à Abidjan, à Conakry, a Bamako, à Cotonou, à Ouagadougou ou à Dakar, le morceau titre Mandjou séduit et trouve même un écho bien au-delà de l’Afrique de l’Ouest.

SORO — 1987

IMG_0096
IMG_0096

With the help of Senegalese record pioneer Ibrahima Sylla and French producer François Bréant, Salif mixes its « modernized folklore » with the latest electronics in a state of the art Paris studio. A true artistic and commercial revelation, this record helps to establish a new era for African music, now labelled as « world music ».

Le sénégalais Ibrahima Sylla produit l’album qui va révéler Salif au public international. A l’automne 1986, sous la houlette du réalisateur François Bréant, Salif confronte son « folklore modernisé “ une production contemporaine occidentale utilisant le dernier cri en matière de technologie. Conformément aux volontés de Salif et de ses producteurs, ce disque marque l’avènement d’une ère nouvelle pour les musiques africaines et l’accès à une audience internationale, en ces temps de « sono mondiale ».

KO YAN — 1989

IMG_0100N
IMG_0100N

With the help of the bold Nou pa bouger, Salif confirms his new position as a leading voice of a more global African music scene, in the wake of world music’s boom. Salif surfs easily on this new wave, enhanced by the cd’s digital revolution. « Programmed keyboards » and other « rhythmic concepts » are thrown in the mix, highlighting Salif’s unique voice.

Porté par le véhément Nou pa bouger, Salif conforte avec cet album sa position de grande voix africaine alors que le marché de la world music est en pleine explosion. Salif surfe parfaitement sur cette vague émergente dopée par la révolution numérique du format CD. Les « claviers programmés » et « concepts rythmiques » digitaux sont de la partie, mettant en avant la voix indémodable de Salif.

AMEN — 1991

IMG_0094
IMG_0094

Helped with a modern version of his classic Primpin and the amazing Lony, this third solo album crowns Salif as one of the main figure of the afro-pop revolution. Be it in Africa, Japan, America or Europe, Salif now tours around the globe. A Joe Zawinul’s Los Angeles production, this album opens up new horizons for him, with jazz, rock and pop influences.

Avec une relecture moderne de Primpin et le superbe Lony, ce troisième album en solo consacre Salif Keita comme figure de proue de la musique africaine. Il joue ainsi dans le monde entier, que ce soit en Afrique, au Japon, en Amérique du Nord et en Europe. Produit par Joe Zawinul, ce disque lui ouvre également de nouveaux horizons, à la croisée du jazz, du rock et de la pop.

FOLON — 1995

IMG_0098N
IMG_0098N

The past remains an endless source of inspiration for Salif. Recorded between Paris and London, « Folon » offers new versions of classics such as Mandjou, with the help of Malian keyboards wizard Cheick Tidiane Seck. He sets up his own groove, followed by the mighty drummer Mokhtar Samba. Connected to a new reality, Salif dedicates Mandela to the newly elected South African president.

Le passé demeure une source d’inspiration inépuisable pour Salif. Enregistré entre Paris et Londres, « Folon » offre une relecture de certains standards comme Mandjou, avec Cheick Tidiane Seck au clavier. Au fil de l’album, celui-ci impose la rigueur de son groove, tout comme le batteur Mokhtar Samba. En phase avec l’actualité, Salif dédie la chanson Mandela au président sud-africain.

MOFFOU — 2002

mouffou
mouffou

Salif goes back to his childhood and his acoustic roots with a tremendous result. Pure and intense, « Moffou » (the name of a Mandingo rural flute) shows real sweetness and emotion. Fully organic in its production, with Guy N’Sangue’s killer bass lines, this record gives even more room to Salif’s voice and its female vocal harmonies. It stands as one of the best African records of the decade.

Salif renoue ici avec ses racines acoustiques pour un résultat absolument saisissant, intense et pur. Le terme « moffou » désigne une petite flûte traditionnelle mandingue fabriquée à partir d’une tige de mil dont se servent les cultivateurs afin de chasser les oiseaux de leurs champs. « Moffou » marque un retour à l’enfance, mais aussi à une certaine douceur de sentiments. Complètement organique, avec des lignes de basse signées Guy N’Sangue, ce disque laisse encore plus de place à sa voix que par le passé. Cet album est l’un des grands disques africains de la décennie.

M’BEMBA — 2005

M'Bemba
M'Bemba

More romantic and optimistic in its tone, this album is inspired by his relationship with the Niger River. Salif sings  about his own life, his relationships, and his love life in an intimate setting, thus distancing himself from the clichés usually associated with Africa. In the wake of “Moffou », this record does not feature neither drums nor keyboards, a move away from his productions from the 1980’s and 1990’s.

Inspiré en partie par son rapport intime au fleuve, le ton de cet album se fait plus romantique et optimiste. Salif ne dénonce pas, il raconte son quotidien, ses proches, ses amours, oubliant les généralités auxquelles on renvoie inexorablement l’Afrique, maladies, guerres et famines. Dans la lignée de « Moffou », l’absence de batterie et de claviers rompt aussi avec le passé et les productions des années 1980 et 1990.

LA DIFFÉRENCE — 2009

Salif Keita La Difference
Salif Keita La Difference

The third volume of an acoustic trilogy, « La Différence » conveys strong natural accents. It seeks to present the current environmental tragedy in Africa and to the indifference around this issue to the world. Highlighted by the title track, Salif also sings about his albinism, with strong vocal emotions.

Troisième volet d’une trilogie acoustique, «La Différence» est un disque aux accents naturels. Il marque un important travail de sensibilisation et d’éveil à la tragédie environnementale qui se déroule en Afrique depuis plusieurs décennies dans l’indifférence générale. On y retrouve aussi le morceau titre, l’une des grandes chansons de Salif qui évoque sa condition d’albinos.

TALE – 2012

280x918-Tale-Edition-limitee-Salif-Keita
280x918-Tale-Edition-limitee-Salif-Keita

A return to a modern, electronic sound as producer Philippe Cohen-Solal of Gotan Project fame is brought in. During the tracking of the basic songs for the album at Salif’s studio in Bamako, Manfila Kante suddenly passes away, leaving the community of musicians shocked, no one more so than Salif himself. Nevertheless, most of the songs have already been given his unique stamp as arranger. Guitarists Ousmane Kouyate from Paris and Mao Otayeck from Dakar are brought in to help complete the project. A later African version of this album is subsequently released containing a track as a tribute to Manfila.

Un retour à un son électronique moderne en tant que producteur Philippe Cohen-Solal de Gotan Project est introduit par Universal. Au cours du l’enregistrement des chansons de base de l’album au studio de Salif à Bamako, Manfila Kante décède soudainement, laissant la communauté de musiciens sous le choc, personne plus que Salif. Néanmoins, la plupart des chansons ont déjà reçu son cachet unique d’arrangeur. Les guitaristes